26 juillet

 

Anne et les nanas

 

Sainte Anne, 3 maris, 3 Marie.

 

Sainte Anne (Grâce - celle qui est en haut) et Saint Joachim. (Dieu met debout)

Sainte Anne a fait très fort, elle a eu trois maris ! Les puritains Petits Bollandistes ne lui en donnent qu'un.

1 - Joachim avec qui elle engendra Marie, la Vierge, qui engendra Jésus le Christ.

2 - Cléophé, qu'elle épousa après la mort de Joachim et avec qui elle eut une autre fille qu'elle appela aussi Marie et qui se maria avec Alphée.

3 - Salomé, qu'elle épousa après la mort de Cléophé et avec qui elle eut encore une troisième fille nommée aussi Marie et qui se maria avec Zébédée.

 

La seconde fille engendra Saint Jacques le mineur, Barsaba, Simon et Jude.

La troisième fille engendra Jacques le Majeur et Jean l'Évangéliste.

 

Anne avait une soeur nommée Hismérie qui engendra Élisabeth et Éliud. Élisabeth engendra Saint Jean-Baptiste.

 

Élius engendra Eminen qui engendra Saint Servais, troisième Saint de glace, que l'on vénère à Maestricht en centre Europe.

Voilà pour la famille.

 

Reste des choses pas très claires entre les tribus, mais peu importe car tout ça fait de Sainte Anne la patronne exemplaire des Grand-mères.

 

Revenons à Joachim de la tribu de Juda. Il était pasteur et gardait les moutons. Il était de Galilée et épousa Anne de Bethléem. Après 20 ans d'union, ils n'avaient toujours pas d'enfant.

Un jour, à la fête de la Dédicace, il alla à Jérusalem avec ceux de sa tribu. Quand il présenta des offrandes, il s'approcha de l'autel mais fut repoussé par un prêtre qui lui reprocha de vouloir s'approcher de l'autel alors qu'il était sous le coup de la malédiction puisqu'il était stérile. Il ne devait pas se présenter avec ceux qui n'étaient pas infectés de cette souillure.

Joachim, honteux, se retira auprès des bergers dans la montagne. Anne fut sans nouvelles de lui pendant 5 mois. Tous deux continuaient à prier Dieu afin d'avoir un enfant.

 

Puis, un ange apparu à Joachim. C'était sûrement Gabriel ! Il lui dit :

"je suis chargé de vous dire que vos prières ont été exaucées. Anne enfantera. Si Dieu ferme le sein d'une femme, c'est quelquefois pour l'ouvrir plus tard afin que la naissance paraisse plus merveilleuse et pour faire connaître que l'enfant n'est pas le fruit de la passion mais un don de Dieu. Sara n'a-t-elle pas enduré la stérilité jusqu'à ses 99 ans ? Cependant, elle mit au monde Isaac. Et Joseph, ne fut-il pas enfanté par Rachel la stérile ? Quoi de plus fort que Samson et que Samuel ? Et pourtant leurs mères étaient stériles.

Vous enfanterez une fille que vous appellerez Marie et qui enfantera le Très-Haut."

 

De son côté, Anne pleurait. Vers la neuvième heure, elle s'était assise dans son jardin sous un laurier. Elle gémissait de ne point avoir d'enfant. Elle aperçu un nid de passereaux et se mit à pleurer :

 

"Hélas ! à qui me comparer ?
De qui suis-je donc née pour être ainsi la malédiction d'Israël, on me repousse, on me méprise, on me rejette du Temple.

A qui me comparer ?

Je ne puis me comparer aux oiseaux du ciel car les oiseaux du ciel peuvent paraître devant vous, ô mon Dieu !

A qui me comparer ?

Je ne puis me comparer aux animaux de la terre car les animaux de la terre sont féconds devant vous, Seigneur !

A qui me comparer ?

Je ne puis me comparer aux fleuves et à la mer car les fleuves et la mer ne sont point frappés de stérilité :
ou calmes ou émues, leurs eaux, remplies de poissons, chantent vos louanges.

A qui me comparer ?

Je ne puis me comparer aux plaines, car les plaines portent leurs fruits en leur temps, et leur fertilité vous bénit, ô mon Dieu !"

 

Puis un ange apparut et lui promit qu'elle engendrerait.

C'était sûrement Gabriel !

Retour

 

Joachim rentra à la maison où Anne l'accueillit avec des transports d'allégresse. Neuf mois après, elle accoucha sans douleur et sans honte d'une fille à qui elle donna le nom de Marie et qu'elle nourrit de son lait.

Anne présenta alors son enfant au Temple d'où elle avait été chassée. Après que les prêtres aient donné leur bénédiction, elle arracha l'enfant des mains des prêtres et le porta à sa mamelle puis chanta un cantique devant la foule.

"Écoutez, écoutez, tribus d'Israël, voici qu'Anne allaite !"

 

Après, on n'a plus beaucoup de renseignements sur Anne. On dit que son corps fut transporté en France par la barque de Provence. On la porta jusqu'à la ville d'Apt où le bienheureux évêque Auspice la cacha dans une armoire du mur de la crypte la plus basse afin de la protéger des persécutions. Il plaça, devant les reliques une lampe qui ne s'éteignit qu'en 792 au moment de la découverte du corps. Puis, il mura la crypte.

 

Sept siècles plus tard, Charlemagne vint séjourner à Apt.

Pendant qu'il assistait la messe, on vit un jeune homme qui s'appelait Jean et qui était aveugle, sourd et muet de naissance, qui semblait écouter des voix célestes. Puis, il montra une marche de l'autel en faisant comprendre qu'il fallait creuser dessous. L'office était troublé mais comme cela surprenait tout le monde, Charlemagne ordonna que l'on suive les conseils de l'enfant. On découvrit une entrée puis des escaliers qui conduisaient à une grotte souterraine : c'était la crypte. Jean fit signe de creuser encore plus. On descendit alors dans un long souterrain étroit dans lequel il y avait une lumière extraordinaire. C'était celle de la lampe placée devant un mur.

Mais la lampe s'éteignit. Jean ouvrit les yeux, et eut les oreilles et la langue déliée et dit : "dans cette ouverture est le corps de Sainte Anne, la mère de la Vierge Marie."

On ouvrit la niche et une odeur suave se dégagea.

 

C'est depuis Apt que des reliques furent distribuées un peu partout et surtout à Auray, en Bretagne, dans le Morbihan, près de Lorient. Vers les années 1614, Saint Anne apparut à un paysan de Pluneret, près d'Auray : Yves Nicolazic.

Ses parents s'étaient servi des vestiges d'une ancienne chapelle de Sainte Anne pour bâtir une grange. Anne lui apparaissait soit dans une grande lumière, soit en marchant et tenant un flambeau à la main. Quelquefois, il n'apercevait que le flambeau et la main. C'est elle qui lui révéla l'existence de l'ancienne chapelle, dans le Bocennu. Elle désirait qu'elle fut reconstruite.

Enfin, elle indiqua à Yves Nicolazic qu'il trouverait, dans le champ du Bocennu, une statue de Sainte Anne. Il partit avec des compagnons et, guidés par la lumière, ils s'arrêtèrent à un endroit où ils découvrirent la statue.

Quelques temps plus tard, la grange de Yves fut brûlée sans qu'on puisse l'éteindre.

Depuis lors, il y a foule à Sainte Anne d'Auray.

Retour

Je ne sais pas où les petits Bollandistes ont été chercher le cantique d'Anne qui gémit sous son laurier. Peut-être l'ont-il inventé ? Mais ce cantique donne toute sa dimension à celle qui peut être associée à la grande Déesse mère que l'on retrouve dans différentes traditions. Son nom tourne toujours autour du signifiant ANNA ou NANNA. (curieusement revenu dans l'argot quotidien français : une nana.)

Jean Przyluski, dans son étude sur la grande Déesse (La grande Déesse, Payot 1950, Paris) fait remarquer que "Nana" est un mot qui sert à nommer la mère dans des langues les plus diverses.

Les petits turcs ne disent pas "Maman" mais "Anè" lorsqu'ils parlent à leur mère.

 

Sainte Anne peut être considérée comme cette Grande Déesse à la taille de la terre, des fleuves, des plaines et de toute la végétation. Qu'elle soit fêtée au 26 juillet, à l'époque où la terre donne son fruit n'est peut-être pas un hasard. Cela est corroboré par la présence des 7 Dormants (au 27) qui sont en rapport direct avec Artémise, et Marguerite, patronne des femmes en couches au 20 et Marie-Madeleine la velue au 22, mais aussi de Jacques et Christophe au 25.

Retour