22 février

 

Saint Isabelle

(Temple de Dieu)

 

 

 

Retour
Calendrier fevrier

"A la Sainte Isabelle, si l'aurore est belle et s'il fait soleil au matin, c'est la certitude de bon grain."

 

Bonne fête aux "Isabelle" ou aux "Isabeau"

C'est le même nom qu'"Élisabeth", il signifie"Dieu est ma plÚnitude (mon 7) ou "temple de Dieu".

 

On l'appelle aussi Élisabeth de France. Elle était soeur de Saint Louis roi de France, Fille de Louis VIII et de Blanche de Castille.

Les petits Bollandistes disent "qu'étant encore à la mamelle, elle rejetait toutes les bagatelles qu'on lui présentait pour se divertir." Elle ne mangeait presque rien. Sa mère la poussait à manger en lui promettant de l'argent, mais sans succès. Finalement, elle tomba gravement malade. On fit appel à une rebouteuse, ou une Sainte, qui habitait Nanterre et qui avait le don de prophétie. Elle prédit qu'Isabelle retrouverait bientôt la santé mais qu'elle serait morte au monde pour se consacrer à Dieu. On essaya bien de la marier à Conrad, roi de Jérusalem. Peine perdue, elle refusa pour se consacrer aux choses religieuses.

 

A la mort de sa mère, elle fit bâtir un couvent et demanda à un groupe de copains d'élaborer une règle. Je vous donne les noms de ces organisateurs tant ils sont beaux : Saint Bonaventure, Eudes Rigault, Guillaume de Milençonne, Geoffroy Marçais, Guillaume Archambault.

Ils y travaillèrent dur. Et firent une règle si dure que Saint Louis demanda au pape Urbain IV d'y apporter quelque adoucissement. C'est pourquoi ceux qui la pratiquent sont appelés les "Urbanistes".

 

Finalement, elle se retira au bois de Boulogne : à Longchamps, sur les bords de la Seine, dans une abbaye appelée : l'humilité de Notre Dame. Elle ne fit jamais profession mais elle vécut tout comme : vêtement sans dentelles, vêtue comme un camelot, jeûnes incessants, silence continu.

Au bout de quelques temps, elle passait plusieurs jours et nuits en extase sans pouvoir se coucher. Puis elle eut la révélation du moment de sa mort.

Elle se coucha sur une paillasse et mourut le 22 février 1270.

 

Elle n'est pas vraiment très drôle, en tous cas moins drôle qu'Élisabeth de Hongrie ou que la mère de Saint Jean Baptiste. Enfin, on est en février, carnaval est passé, c'est le mois des purifications. Alors, attendons plutôt le printemps.

 

 

Il y a une autre Isabelle Fernandez, martyre au Japon le 10 septembre.

 

Une autre Isabelle des Anges au 14 octobre. (Elle fonda le monastère des carmélites à Limoges)

 

Une dernière Isabelle de Bruxelles, religieuse Capucine à sSain Omer au 2 février.

 

Demain ce sera Saint Lazare - pas celui de l'Évangile - Il vécut à Constantinople et fut brûlé aux mains par l'empereur. Il était peintre. Il est donc un des patrons des peintres et des sculpteurs mais aussi des brûlés.

 

 

Les chemises de l'archiduchesse :

 

On prête quelquefois la création de la couleur "Isabelle" à Sainte Isabelle.

On prête d'ailleurs aussi cette histoire à Isabelle la Catholique reine de Castille.

 

En réalité, il s'agit d'une histoire arrivée à Isabelle l'archiduchesse d'Autriche, fille de Philippe II. Son mari assiégeait Ostende (Belgique) Elle fit voeu de ne pas changer de chemise avant la prise de la ville d'Ostende.

Or, le siège dura 3 ans ! Imaginez donc la couleur que prit la chemise. Un joli café au lait.

Les chemises de l'archiduchesse sont-elles sèches, archisèches ?

 

Isabelle de France filait. Un jour, Saint Louis lui demanda un voile qu'elle avait filé. Elle répondit qu'il était réservé à un plus grand seigneur que lui. Le même jour, elle envoya le voile à une pauvre femme qu'elle visitait souvent.

Quelques dames l'ayant découvert le lui rachetèrent. Il tomba finalement entre les mains des religieuses de l'abbaye Saint Antoine qui le conservaient encore en 1685.

A l'abbaye de Longchamps, on conservait la robe de Sainte Isabelle qui était de couleur brune.

Retour