Saint Alexis

 

17 février

 

 

 

 

Vraiment pas drôle la réforme du calendrier voulu par Paul VI au concile de Vatican II. Ils ont déménagé St Alexis du 17 juillet pour le mettre au 17 février. Il y était pourtant bien mieux, en Canicule, pendant la période où la "Porte du Cancer" est ouverte et où, traditionnellement, les chemins du ciel offrent du rêve aux mélancoliques.

 

(Alexis : apocope d'Alexandre : "repousse l'homme" au sens de "guerrier")

 

Alexis est né à Rome au 4ème siècle. Sa mère s'appelait Aglaïs et son père Euphémien, membre du sénat.

Ils avaient beaucoup de biens et 3.000 esclaves !

 

Au départ, Aglaïs n'avait pas d'enfant. A force de prier, sans doute sous un genévrier, elle en eut un qu'elle appela Alexis. Quand il fut grand, il devint, paraît-il, très bon orateur.

Il fut marié à une fille fort riche et de famille impériale. Mais Alexis n'avait accepté que pour faire plaisir à ses parents.

Aussi, pendant les festivités de la noce, il entra dans la chambre de son épouse et lui donna une bague et une ceinture enveloppées dans un taffetas d'écarlate.

Puis, il s'échappa, profita d'un bateau pour se rendre à Edesse en Syrie.

 

Là, on le trouvait ordinairement en train de mendier sous le porche de l'église. Il était toujours mal vêtu.

Ses parents envoyèrent des serviteurs à sa recherche dans le monde entier. Alexis reconnût ceux qui s'étaient rendus à Edesse, il leur demanda l'aumône mais eux ne le reconnurent pas tant il était méconnaissable. La mère désespérée vivait seule et couchait sur la cendre en soupirant sans cesse vers le ciel.

 

Après 17 ans passé sous le porche de l'église, l'image de la Vierge qui se trouvait dans l'église parla au trésorier du temple lui demandant de pourvoir aux besoins d'Alexis. Alexis ne supportant pas les honneurs qu'on lui faisait s'échappa d'Edesse.

 

Il voulait se rendre à Tarse mais une forte tempête dévia le vaisseau et le dirigea vers l'Italie. Suivant une forte inspiration, il retourna dans la maison de ses parents. Son père ne le reconnut pas mais touché par le mendiant, il lui donna un petit réduit, sous l'escalier, dans lequel il allait vivre.

Les serviteurs de son père lui menaient la vie dure : coups de pieds, injures, arrachage de barbe, lavures d'écuelles sur la tête etc.

Ce qui exerçait davantage sa patience c'était la vue de son père, sa mère et son épouse souffrant de son absence.

Il y resta 17 ans. Soit 34 ans de vie austère.

 

Dieu lui fit connaître qu'il allait mourir et lui ordonna de mettre par écrit qui il était. Il le fit, donna la lettre à un esclave et lui demanda de ne l'ouvrir qu'après sa mort. Puis Alexis mourut, seul sous son escalier.

 

Peu après, le pape Innocent Ier, qui disait la messe, entendit une voix qui disait : "cherchez l'homme de Dieu dans la maison d'Euphémien !"

 

Ils se dirigèrent tous vers la maison et virent le corps du mendiant qui avait une lettre dans la main. Il essayèrent de la lui prendre mais il ne la lâchait pas. Il emmenèrent le corps dans une chambre secrète et se mirent tous à genoux suppliant le mendiant de donner la lettre. Ce qu'il finit par faire.

 

Son père après avoir lu la lettre et découvert que c'était son fils, s'arracha les cheveux en criant dans sa douleur :

"Ah ! misérable ! perdre ainsi mon fils le jour où je le trouve !"

 

Son épouse lui disait en l'embrassant : "est-il possible que l'amour conjugal n'ait point sollicité vos entrailles ? Est-il possible que vous m'ayez vue 17 ans sans me désirer un seul moment ? Il faut donc que je commence à être veuve en vous trouvant, après avoir été tant d'années veuve en vous désirant !" On lui fit de grandes funérailles

 

C'est aussi la fête à un autre Alix : Falconieri. Sa vie est beaucoup plus banale.

 

Mais c'est aussi St Polychrone, Faustin, Sylvin, Fintan, Bonose, Habet Deus, Constable, Evermode, Loupien Guevroc etc. et Ste Constance et Mariamne.

 

Demain, Bernadette de Lourdes, occulte St Siméon, évêque de Jérusalem, qui fut crucifié alors qu'il avait 120 ans.

Retour

Dictons de février