Saint Bernardin de Sienne

(ours hardi)

 

Retour ou
Calendrier mai

 

20 mai

 

- S'il gèle à la saint Bernardin, adieu le vin.

 

 

 

Le sens de son nom correspondait bien à son caractère. Curieux bonhomme qui ne supportait aucun écart de langage à tel point qu’il frappait à coup de poing, et publiquement, ceux qui se permettaient d’avoir un discours un tant soit peu indécent. Un jour une dame lui annonça qu’elle le désirait charnellement. Il la flagella. Il paraît que ce fut radical.

 

Né à Massa, près de Sienne, le 8 septembre 1380, il perdit ses parents très tôt et fut élevé par sa tante Diana.

 

A 17 ans, il se fit infirmier à l’hôpital de la Scala de Sienne et soigna les malades avec fébrilité. En 1400, une épidémie de peste raviva encore sa vocation soignante.

 

Après la mort de sa tante, il se retira dans une maison où il vécut cloîtré. Il eut quelques démêlés avec un crucifix qui lui parlait et s’identifia au crucifié.

 

Puis, il se fit Franciscain et se rôda à la discipline de la prédication. Après quelques difficultés oratoires temporaires, il devint un fervent prédicateur qui galvanisait ceux qui l’écoutaient.

Il se fit le champion du saint nom de Jésus. Il se promenait avec une pancarte sur laquelle était écrit, en lettre d’or le sigle de Jésus : I.H.S. et le montrait du haut de la chaire.

(Iesus Hominum Salvator. En réalité il s'agit d'une abréviation en trois parties du nom de Jésus, dans laquelle le I et le H sont les premières et le S la dernière lettre du nom écrit en grec IH-SOUS. Le H est la lettre grecque ETA et se prononce E)

 

 

Il fut dénoncé comme hérétique au pape Martin V qui reconnut son innocence et lui proposa de devenir évêque de Sienne. Mais Bernardin refusa.

 

Plus tard on lui proposa aussi l’évêché de Ferrare puis de Urbio, mais il les refusa également.

 

Il était si ardent dans ses prédications qu’on l’appelait “trompette du ciel”. On disait de lui qu’il était un “charbon brûlant”. Il eut la langue acerbe et se fit pas mal d’ennemis. Il prêcha le carême à Milan en 1418.

 

Il fit beaucoup guérisons et de miracles dont le passage d’un lac sur son manteau parce que le passeur ne voulait pas l’emmener sur sa barque.

 

Il fulminait contre ceux qui jouaient et particulièrement contre les joueurs de cartes. Il proposa à un fabricant de cartes d’inscrire le trigrammes de Jésus sur les cartes. Le fabricant fit fortune.

 

Vers la fin de sa vie, il se retira pour rédiger quelques traités et écrire ses sermons.

Il mourut à Aquila en 1444. la foule défonça la porte du couvent pour voir le cadavre du saint et, sans doute, s’en emparer. Il fallut faire intervenir les gardes.

 

Il est représenté avec trois mitres, en triangle, pour représenter les trois évêchés qu’il a refusé.

 

Retour