Saint Joseph de Copertino

 

Retour ou
Calendrier septembre

18 septembre

 

 

 

E

xtraordinaire personnage qui passa la moitié de sa vie suspendu en l’air lors de ses lévitations. C’est d’ailleurs pourquoi il est patron des aviateurs.

Un jour, Joseph se retrouva coincé dans un olivier, après d'être soulevé du sol et pris dans les branches de l'arbre.. sous les yeux ébahis de ses confrères. En une autre occasion, il monta dans les airs pendant la messe et atterrit sur les cierges de l'autel !

A la suite de ces événements, on lui interdit de participer aux offices. Il fut obligé de rester dans sa cellule.

Cela ne l’empêcha pas se léviter quotidiennement. Il restait parfois deux heures en l’air.

 


 


Joseph est né en 1603 à Copertino, ville entre Brindisi et Otrante. Ses parents étaient très pauvres.

 

Son père, menuisier, avait des dettes. Sa mère, pour se cacher des créanciers, accoucha de son bébé dans une étable.

 

Pendant son éducation, elle fut très dure avec lui et ne le ménageait pas. Il devait être bien agaçant pour tout le monde car il était incapable de tirer quelque chose de ses dix doigts et ne comprenait rien à rien. Par contre, il passait son enfance dans les extases et avait sans cesse la bouche bée. On le surnomma Boccaperta (bouche ouverte) La moindre chose le faisait “débrancher” de la réalité” et il laissait tomber par terre ce qu’il avait dans les mains. Cela n’arrangeait pas les divers Ordres et Institutions dans lesquels il demanda à entrer car il cassait régulièrement la vaisselle lorsqu’il devait mettre la table.

 

Chaque fois qu’il voyait une image de la Vierge, il lévitait et fonçait en volant au pied de l’image. En même temps, il poussait un grand et impressionnant cri guttural.

 

Il fut congédié de partout. Finalement, les Capucins l’acceptèrent pour garder leur mule du couvent de la Grotella.

Il tombait régulièrement en extase et se mettait à genoux à tous moments. Cela lui donna des blessures aux jambes. Il n’arrivait pas à s’en débarrasser.

 

I

l voulut devenir prêtre mais il savait à peine lire. A force d’application, il fit quelques progrès. Au moment de devenir prêtre, il devait passer un examen. Dans le groupe des candidats, les premiers furent interrogés, et l’on considéra que le savoir des premiers correspondait à celui des derniers du groupe. Il ne fut donc pas interrogé et on l’accepta.

 

Sa vie devint alors une suite de miracles et d’épreuves.

Il avait l’habitude de se retirer dans une petite chapelle dédiée à sainte Barbe. Tous les samedis, il y récitait les litanies. Les pâtres et les paysans des environs assistaient à la cérémonie. Un samedi, il arriva à la chapelle et constata qu’il n’y avait personne. Les paysans étaient aux champs pour des travaux urgents qui ne leur laissaient pas de délais. Joseph ne comprenant pas se mit à gémir. Il sortit de la chapelle et vit tous les troupeaux sans leurs bergers puisqu'ils travaillaient aux récoltes.  Il fut pris d’un transport et, du haut de sa lévitation, il dit “Brebis de Dieu, venez honorer la mère de Jésus qui est aussi la vôtre !” A ce moment, tous les troupeaux se mirent en route vers la chapelle. Les bergers accoururent mais il leur fut impossible de retenir les bêtes. Elles assistèrent aux litanies et répondaient par un bêlement à chaque verset. Après la cérémonie, elles reçurent la bénédiction de Joseph et retournèrent à leurs pâturages.

 

Sa réputation de sainteté attira beaucoup de monde qui voulait s’entretenir avec lui. Un jour, il reçut l’ambassadeur d’Espagne qui, après l’entretien, voulut lui présenter sa femme dans l’église. Mais à peine était-il entré dans l’église qu’à la vue de la statue de la Vierge, il s’envola pour aller lui baiser les pieds en poussant son cri habituel. Il fit une longue prière puis, redescendit, baisa les pieds de la Madone, remit son capuchon et retourna dans sa cellule en laissant les dames mortes d’effroi.

 

O

n l’envoya visiter les différents couvents de l’ordre mais il en effrayait beaucoup par ses extases et ses lévitations. On le présenta au pape Urbain VIII devant qui il s’envola. Urbain en eut une peur religieuse et ordonna qu’on envoie Joseph à Assise.

En 1653, un ordre de l’inquisition le tira d’Assise pour l’isoler. Ses extravagances l’avaient fait dénoncer par certains comme un imposteur. On l’enferma chez les Capucins où il devait vivre à l’écart de la communauté car il dérangeait tout le monde. Sa messe durait deux heures hormis ses extases.

Il ne sortait que pour aller mendier.

Mais partout où il était, les gens arrivaient en masse.

On l’isola alors à Fossombrone puis à Osimo, près de Lorette. Il y mourut en 1663.

 

Il fut canonisé en 1767.

En 2003, le pape Jean-Paul II le présenta comme un modèle de sainteté en l’appelant le “saint de la lévitation”.

 

Retour